Trente ans, le bel âge

La CPIT gère aujourd’hui une fortune qui dépasse 45 millions de francs suisses, et verse plus de 50 rentes de retraite mensuelles à des collègues retraités.

C’était il y a trente ans : quelques collègues, soucieux de mettre en place un système de prévoyance dans une profession où les «cigales» étaient peut-être plus nombreuses que les «fourmis», créaient la «Caisse de pensions des interprètes et traducteurs de conférence» (CPIT), qui tiendra son assemblée générale en automne 2000 à Genève.

La CPIT gère aujourd’hui une fortune qui dépasse 45 millions de francs suisses, et verse plus de 50 rentes de retraite mensuelles à des collègues retraités, certains depuis déjà 20 ans. Dire que l’environnement législatif, social et démographique a bien changé depuis 1970 relève du lieu commun. La CPIT n’a pas échappé à l’air du temps; elle a ainsi, il y a cinq ans, changé de structure et de régime, pour passer à un système d’épargne par capitalisation.

Elle n’a pas pour autant renoncé à ce qui a toujours fait sa spécificité, à savoir la solidarité entre les membres. Les résultats sont aussi au rendez-vous; le taux d’intérêt statutaire est de 4%, mais les distributions régulières de bénéfices ont permis d’atteindre un taux d’intérêt moyen de 6,4% sur 30 ans, et de près de 7,5% au cours des dix dernières années. Au moment de la retraite, la CPIT offre à ses membres le choix entre le retrait intégral du capital, une rente mensuelle de retraite, ou une combinaison des deux.

La CPIT est ouverte à tous les interprètes de conférence membres de l’AIIC (ou candidats), ainsi qu’aux traducteurs membres de l’AITC. Souhaitez-vous en savoir plus ? La Caisse diffuse une pochette d’informations (en français seulement), que vous obtiendrez en écrivant à : CPIT, c/o PRASA-Hewitt, 23 route de Saint-Cergue, CH-1260 Nyon (Suisse), ou en contactant Dominique Leveillé à l’adresse Dleveille@dt1.swissonline.ch.


Dominique Leveillé est Président du Conseil de fondation de la CPIT



Recommended citation format:
Dominique LEVEILLÉ. "Trente ans, le bel âge". aiic.co.uk February 15, 2000. Accessed October 23, 2017. <http://aiic.co.uk/p/80>.